Paroisse Saint-Eutrope en pays Jonzacais (Jonzac)
Presbytère: 16, rue Saint-Gervais
17500 JONZAC

Tél.: 05 46 48 02 54

jacquessureau@gmail.com

http://saint.eutrope.free.fr

Eglise fermée pour travaux

Agudelle, église Saint-Eutrope.
Construite au XIIe siècle, l'église d’Agudelle est singulière par les dispositions et les détails remarquables qui la rendent intéressante.
Sa particularité essentielle est d'avoir sa fenêtre occidentale reproduite à Allas-bocage, commune voisine, montrant l’interdépendance étroite des églises de la région.
A l’extrémité de la nef se remarquent à gauche une grande statue d’un saint assis et à droite, en face, une statue d’une sainte plus petite debout. L’une en bois stuqué peint et l’autre en bois peint. Elles dateraient des XV et XVIe siècles et sont inscrites au Mobilier Historique.
La statue assise, mitre en tête, est celle de Saint-Eutrope (l’église d'Agudelle est dédiée à Saint-Eutrope); la seconde, souvent indiquée comme représentante Sainte-Catherine, est celle de Sainte-Rose-de-Lima. Sainte-Rose-de-Lima avait la réputation de guérir les enfants. Elle en tient un étendu sur les bras. On les lui amenait de fort loin le 30 Avril, jour de la Saint-Eutrope, fête toujours très suivie en Saintonge.
Le pèlerinage donnait lieu à des manifestations naïves très particulières. Toute la population y accourait. Les femmes s'étaient munies de petits bouts de cierge que chacune de proche en proche allumait au cierge de la voisine, la première ayant reçu la flamme de l'autel. Accroupis près de leur flambeau, elles demandaient des guérisons et la santé de leur famille, la conservation de leur bétail ou de leur récolte; puis à la fin de messe un évangile était récité.
Mais la dualité des statues auxquelles il fallait s'adresser eut bientôt dans l'esprit de quelques vieilles femmes de bizarres conséquences, Saint-Eutrope, plus connu et qui demeurait au centre des prières, était parfois invoqué sous le nom de Méhaingre (le supplicié) mot qui devint peu à peu la Maigre. On eut alors Saint-Eutrope le Maigre et par opposition Saint-Eutrope le Gras. Le Gras était peut-être celui de la grande statue, le Maigre celui de la petite, ou indifféremment, car du moment qu'on invoquait un Saint-Eutrope « maigre » il pouvait aussi bien en exister un «gras » auquel il était possible de s'adresser, même s'il n'avait pas son effigie dans l'église.

Totalité de l’édifice : Inscrit à l’Inventaire supplémentaire des monuments historiques le 31 décembre 1986.

Statue de Saint-Eutrope, bois polychrome du XVII – XVIIIe siècle.
Une chaire à prêcher en pierre.
Cloche en bronze, 1556.
Portail.
Fonds baptismaux.
Bénitier recouvert d’écailles, entouré de gros balustres en pierre XVIIIe siècle.
Statue de Sainte-Rose-de-Lima, XVIIIe siècle.















Choisissez votre ville

Haut de page