Paroisse Saint-Pierre de Montendre
Presbytère: 18, Grand'Rue
17130 MONTENDRE

Tél.: 05 46 49 22 66

momo_hubert@yahoo.fr

Eglise fermée

Mairie: 05 46 49 22 66

D'après l'ouvrage de Pierre-Damien RAINGUET (1864)

L'église de cette paroisse, formant un prieuré de l'ordre de Saint-Benoît et qui relevait de l'abbaye de Baignes, était anciennement dédiée, et dès 1586, à Saint-Pierre, prince des apôtres, et sa construction datait probablement de l'ère romane. Au XVIIème siècle, comme l'indique l'inscription que nous transcrivons plus bas, cette église fut réédifiée, sous forme d'in simple rectangle, par Philippe Fortain, seigneur de Chamouillac et Louise de Péréfixe, son épouse, et consacrée sous l'invocation nouvelle des apôtres saint Jacques et saint Philippe, dont la fête a lieu le 1 er mai, par Jacques Raoul, évêque de Saintes, en 1644. Les armoiries des fondateurs figurent de chaque côté de la porte principale. Deux légers enfoncements cintrés, pratiqués dans la muraille en avant de l'abside, forment deux chapelles latérales: celle de droite, et la seule qui serve en ce moment aux exercices du culte, est dédiée à la Sainte Vierge. Au dessus du cintre, et porté sur une console en saillie, s'élève un cadre orné de rinceaux et couronné d'un écusson aux armes du seigneur, accompagné de deux coquilles latérales et surmonté d'une tête d'ange. Ony lit l'inscription suivante, qui donne l'âge du nouvel édifice :

HAEC ECCLESIA P AROCHIA
LIS OLIM SANCTI PETRI DE
CHAMOUILLAC LAPsV TEMPORUM
ECCLESIAE DE COURPIGNAC
ANNEXA PIET A TE ET IMPEN
SIS PHILIPPI FORTIN EQUITIS
DE CHAMOUILLAC ET LUDOVI
CAE DE PEREFIXE CHARISSMAE
CONIUGIS SUAE FONDAT A EST
ET A PRIMO LAPIDE RESTAURA
TA HANC ILLUSTRISSIMUS AC
REVERENDISSIMUS D D JACOBUS
RAOUL XANTONENSIS ESPISCOPUS
PRISTINO IVRI SUO RESTITUIT
ET SUB NOMINE B B APOSTOLORUM
JACOBI ET PHILIPPI CONSECRAVIT
ANNODOMINI 1644

Une inscription semblable avait été tracée, en lettres dorées, sur une pierre placée sous le maître-autel ; elle a été retrouvée en 1849, lors des réparations qu'on ya faites. Cet autel, placé au fond de l'abside, est en bois, anciennement sculpté; on y voit deux saints personnages debout, dont l'un est armé d'un glaive à deux tranchants. On y remarque aussi des chandeliers en cuivre d'un assez bon modèle.
Aux côtés de l'autel, sont deux encadrements sans inscriptions; celui de droite est plus long que large; celui de gauche est presque carré et orné de quelques dessins en forme d'arabesques.
L'église de Chamouillac n'est point voûtée; elle est seulement d'un plafond en bois. Le clocher, placé au milieu de l'église est construit en pièces de charpente et revêtu d'ardoises; il contient une petite cloche du poids de cent et quelques kilogrammes, dont voici l'inscription :

CESTE CLOCHE A ESTE DONNEE
PAR MONSIEUR ET MADAME DE LAHOGUETTE
SEIGNEURS DE CHAMOUILLAC

ET PREMIERS FONDATEURS DE CESTE EGLISE ET PAROISSE
AN 1644

Eglise orientée. Le cimetière qui l'entourait n'existe plus. Fondée à l'époque romane et reconstruite au XVIIe siècle par les seigneurs de la Hoguette. Le seigneur de La Hoguette, Fortain, qui en fut avec sa femme le constructeur, était brigadier des armées du Roi.
Pendant la Révolution, le curé Ransanne, qui avait prêté serment, ne fut pas inquiété, mais les sculptures de la porte d'entrée furent mutilées.
Eglise de plan rectangulaire a une seule nef et chevet droit.
La nef, d’une grande simplicité, est parcourue sur son pourtour par une « litre » funéraire avec les armoiries du seigneur fondateur. Est couverte par un plafond en plâtre.
Au mur Nord et au mur Sud, deux arcatures qui forment de grands « enfeux ». Au-dessus de l'arcature du mur Nord, inscription relative à la construction de l'église: "Philippe Fortain et Péréfixe, sa chère épouse, laquelle après avoir vécu saintement, est décédée le 30 mars 1693, ont fondé et fait bâtir à leurs frais la présente église et érigée en paroisse; laquelle a été consacrée en 1644, sous les noms des apôtres Saint-Jacques et Saint-Philippe".
Sur l'arcature du mur Sud, un motif du XVIIe siècle.
A l'extérieur, la façade occidentale est en partie recouverte par un porche, sorte d'auvent, appelé dans la région « ballet ». Porte d'entrée du XVIIe siècle avec fronton. Au-dessus du fronton, statue décapitée. Deux écussons, l'un porte neuf étoiles, l'autre un chevron brisé et trois étoiles. De chaque côté, buste des fondateurs.

Classée parmi les Monuments Historiques, le 5 décembre 1908.










Choisissez votre ville

Haut de page