Secteur pastoral de Saint-Savinien
Presbytère: 1, place de l'église
17350 SAINT-SAVINIEN

Tél.: 05 46 90 20 64

paroissesaintsavinien17@orange.fr

Eglise fermée

05 46 90 20 64

Champdolent, église Sainte-Marie
L’église a été élevée sous le titre de Sainte-Marie, grâce à la bienfaisance de ses seigneurs et à la générosité des fidèles, elle restait comprise dans le domaine seigneurial. Le 13 août 1050, Ostende II de Rancon, seigneur de Taillebourg la donna à l’abbaye de Saint-Jean-d'Angély ainsi que la moitié de l’église du Pinier.
En effet, à cette époque nous relevons l’existence d’une chapelle au lieu dit « Le Pinier ».
L’église est une importante construction moitié romane et moitié ogivale ;
A l’intérieur la nef gothique comprend deux travées séparées par un doubleau reposant sur deux colonnes, un chœur en berceau brisé et une abside semi-circulaire voûtée en cul de four soutenue par quatre colonnes aux chapiteaux de feuillages et de chimères.
On note une « croix de Malte » près de la chapelle gothique ainsi qu’une plaque funéraire datant de 1745 sur le mûr nord (femme d’un notaire royal de Champdolent).
Jean-Louis Courbon, commandant des gardes de la marine à Rochefort, mourut à Champdolent et fut inhumé dans l’église en 1714 ainsi qu’Abraham Dusquesne en 1724, lieutenant général des armées navales, qui vivait à Bel-Ebat.
La façade est un simple mur plat à pignon, contrebuté à chaque angle par un énorme contrefort disposé de biais. Elle est percée d’un portail à deux voussures en plein cintre.
La grande voussure est ornée d’un tore de dents de scie et d’une cordelière. A la clef, on distingue un petit visage à l’air grave. Le mur gouttereau sud-est percé par deux petites fenêtres romanes dont l’arc monolithe est à dent de scie.
Le clocher, élevé sur le côté sud de la nef, date du XVIe siècle, on remarque sur ses deux contreforts d’angle un ornement gothique encadrant probablement les armoiries d’Olivier de Coëtioy et Marie de Valois. Au niveau de la corniche, on note deux gargouilles mutilées. Sur le bandeau du clocher, on voit une sculpture représentant une main tenant une chaîne au bout de laquelle se trouve la tête d’un monstre. La seule façon possible de la voir est de monter sur le toit grâce à l’escalier du clocher. Le chevet est demi-circulaire à trois pans séparés par des colonnes qui s’élèvent jusqu’à une arcature lombarde dont les petits cintres ornés d’écailles reposent sur des mordillons sculptés de motifs variés (un musicien, des animaux qui se mordent la queue, un bélier, un homme à la barrique, des dragons, une tête de mouton et des formes géométriques.
Au-dessus du chapiteau, la pierre est gravée d’un cadran solaire. Deux fenêtres sont ornées de pointe de diamant et reposent sur deux petites têtes en console.
Dans les archives de la mairie, nous trouvons en date du 17 mars 1818, une trace d’un accord entre le préfet et la maire de Champdolent concernant les réparations à effectuer à l’église et au presbytère.

















Choisissez votre ville

Haut de page