Paroisse Sainte-Thérèse de L'Enfant Jésus
Presbytère: 45, avenue de la République
17210 MONTLIEU-LA-GARDE

Tél.: 05 46 04 44 41

pierreloriaud17@orange.fr

Eglise fermée

05 46 04 45 11

Chepniers, église Saint-Etienne.
Chepniers était autrefois le siège d'une commanderie de l'Ordre de Malte; son église date du XIIIe siècle. D'autres constructions plus anciennes s'étaient élevées à cet emplacement.
En l775, un peu à l'ouest, un cimetière rempli de sarcophages grossièrement taillés et les murs d'un ancien édifice religieux ont été découverts. Ses belles dimensions et le soin apporté à sa construction font de l'église de Chepniers un édifice de valeur qui présente en outre la particularité de posséder un décor de grande qualité.
La façade reconstruite sous un large pignon montre un portail au cintre brisé garni de voussures moulurées. La plus large est ornée de motifs végétaux. Les piédroits sont composés d'une arcature à quatre cintres supportés par cinq colonnettes. On retrouve cette décoration sur le portail latéral de l'église collégiale de Saint-Emilion en Gironde.
Une fenêtre ogivale à un meneau et entourée de plusieurs moulures s'ouvre au-dessus du portail. En observant avec attention, on pourra remarquer à côté du portail une fleur de lis gravée.
Les murs latéraux ont eux aussi été reconstruits avec des pierres en réemploi. Ils sont percés de longues baies étroites.
Le clocher construit sur sa base romane s'élève sur le carré du transept. Il conserve sur sa face nord des contreforts plats et des arcatures du XIIe siècle.
L'église de Chepniers se termine par un élégant chevet droit. Troislongues et étroites baies légèrement brisées sont entourées de tores coupés par de petits chapiteaux. Ce triplet est lié par un cordon de pointes de diamant. L'ensemble est surmonté d'un oculus et d'une corniche qui se retourne sur les côtés.
L'intérieur vaste et élevé est entièrement peint de motifs extrêmement variés: figures géométriques, fleurs, guirlandes, mosaïques, personnages, draperies... L'ensemble des peintures murales remonte à la fin du XIXe siècle. Sans doute faite par des Italiens, elle est d'un goût très sûr et remarquablement exécuté, et plus particulièrement la coupole sur pendentifs sous le clocher.

Vierge en bois de stuc, peint et doré, du XVIIIe siècle.
Retable tabernacle en bois sculpté, peint et doré, du XVIIIe siècle.
Croix hosannière de 1682, dans le cimetière.





Choisissez votre ville

Haut de page