Paroisse Royan - Côte de Beauté
Presbytère: 1, rue Foncillon
17200 ROYAN

Tél./fax: 05 46 38 33 03

notredameroyan@orange.fr

http://www.paroisseroyan.fr

Eglise ouverte

Vaux-sur-Mer, église Saint-Etienne.
L'abbaye, fondée un peu avant 1075 par Pierre et Arnaud Gamon de la maison de Mortagne, fut confirmée au synode de Saintes en 1075 par les plus hauts dignitaires religieux et laïcs. Martin, le premier abbé, venait de l'abbaye de Maillezais qui assura la protection de notre abbaye jusqu'en 1160 contre les convoitises des seigneurs voisins, notamment les seigneurs de Didonne.
En 1170, une bulle du pape Alexandre III précisa les privilèges de l'abbaye de Vaux et nous donne une idée précise de ses nombreuses possessions :
la vil1a et le bourg de Vaux, la villa et l'église Saint-Martin d'Arces, l'église de Saint-Sordelin, l'église de Saint-Palais-sur-mer , l'église de Saint-Augustin, l'église de Saint-Sulpice (de Royan), l'église de Saint-Cybard, l'église de Benelle, l’église de Saint-Pierre de Grayan, l'église de Saint-Martin du Bois, l'église de Saint-Germain de Langoiran .
Nous avons la chance d'avoir pu sauvegarder le Carlulaire de l'abbaye Saint-Etienne de Vaux, manuscrit du XIIIe siècle sur parchemin, conservé à la Bibliothèque Nationale, qui contient toutes les donations faites à l'abbaye de 1075 à 1270, par les paroissiens pour le salut de leur âme. Deux fac-similés nous permettent d'admirer la belle qualité de ce manuscrit, avec les signes de validation et le Bene Valette de la bulle pontificale.
L’église actuelle conserve son abside au chevet admirablement ouvragé, le chœur où se tenaient les dix moines bénédictins pendant les offices, le carré du transept surmonté d’une trompe indiquant le départ d’une ancienne coupole. L’ornementation des chapiteaux est tout à fait remarquable.
L’inscription sur le mûr nord du chœur confirme des donations faites en 1201 et 1213, consignées dans le cartulaire, pour qu’un cierge brûle dans l’église, en face de Saint-Etienne :
« GVMBAVDVS DE CORLES DEDI ALTARI STI STEPHANI VNV CEREV QICOT ACCEDATATUR AD SACFIUM ». Moi Gombaud de Courlay, j’ai donné à l’autel de Saint-Etienne un cierge pour qu’il brûle pendant le sacrifice (de la messe).
Mort d’Etienne.
« David avait la faveur divine ».
A ces mots, les Hébreux frémirent de rage en grinçant des dents contre Etienne.
Mais lui, rempli de l'Esprit-Saint, les yeux fixés au ciel, aperçut la gloire divine, et Jésus debout à la droite de Dieu: « Je vois, dit-il, les cieux ouverts, et le Fils de l'homme debout à la droite de Dieu ».
Alors, ils se mirent à vociférer en se bouchant les oreilles et se ruèrent sur lui. Ils l'entraînèrent hors de la ville et commencèrent à le lapider. Les témoins déposèrent leurs vêtements aux pieds d'un jeune homme nommé Saul. Et tandis qu'ils le lapidaient, Etienne priait ainsi:
"SEIGNEUR JESUS, RECEVEZ MON ESPRIT. " Il tomba à genoux et cria d'une voix forte: « SEIGNEUR, NE LEUR COMPTEZ PAS CE PECHE... »
A ces mots, il expira. Saul avait approuvé le meurtre d'Etienne.
Acte des apôtres 7